• Stéphane

Réparer les chocs du passé avec la gemmo



Réparer les chocs du passé avec la gemmo

4 bourgeons pour aller mieux

A priori, le passé est passé. Nous avons en nous des forces agissantes pour soigner les chocs et traumatismes. Notre corps, notre psychisme, tout notre être est tourné vers la vie. Cependant, dans certains cas, les évènements traumatiques du passé ont encore une influence sur le présent. Nous gardons en nous des « mémoires blessées ». Parmi les solutions qui peuvent apporter de grands bienfaits, la gemmothérapie a une place intéressante. Voici 4 bourgeons aux qualités particulières.

Lorsque Pol Henry travaillait sur les vertus des macérats de bourgeons, dans les années 60 et 70, il était associé dans son travail à son ami Jean Claude Leunis. Ce dernier était spécialiste du sang. Chercheur, inventeur, Jean Claude décortiquait, repoussait les limites du moment quant à la lecture des échantillons de sang. Il remarqua par exemple que certaines personnes, suite à un choc, « bloquaient » des processus habituels de guérison. Sans connaitre la personne, il pouvait exprimer « ce patient a vécu un choc traumatique. C’est son problème majeur. » Pol Henry confirmait en étoffant l’information : une grande peur, les reins bloqués, l’énergie avait du mal à circuler, la personne était sensible aux refroidissements, elle vivait des phases dépressives, etc. Souvent, cela était associé à une chute des défenses immunitaires, entrainant l’apparition de nouveaux symptômes.

Dans ce cas précis, ils remarquèrent que le bourgeon de Hêtre était salutaire. Travaillant sur l’énergie des reins, sur le fait de continuer pour la survie, de dépasser le blocage du traumatisme, cela relançait l’énergie et aidait à lever l’inhibition des défenses immunitaires.


Mais Jean Claude Leunis découvrit aussi dans ses lectures d’extraits sanguins une autre anomalie. Il pouvait affirmer que des personnes avaient vécu des interruptions brusques dans des processus de guérison. En fait, lorsque une maladie se déclenche, le recours à certains médicaments (antibiotiques, corticoïdes, etc.) semblait interrompre des processus de guérison en cours. Sur l’instant, si des symptômes étaient atténués, il restait dans le corps comme une cristallisation de cette information maladive. Cela se présentait sous forme de petits agglomérats de fibres sanguines. Sans incidence à priori, ces fibres agglomérées avaient cependant un rôle néfaste pour certaines personnes. Le corps acidifié, ou les défenses immunitaires faiblissantes, et ces amas prenaient de l’importance, pouvant à priori évoluer en tumeurs de différentes tailles. Pol Henry trouva dans le bourgeon de vigne une réponse à ces mémoires sanguines. Le bourgeon de vigne, tout comme ses longs sarments effilés, semblait étirer, effiler ces agglomérats pour les défibrer et dissoudre cet enkystage et dissoudre cette information. C’est donc une préconisation qui fut posée dans les débuts de la gemmothérapie cette possibilité de nettoyer ces vieux blocages pour éviter des complications ultérieures. Dans l’aspect préventif, il est donc conseillé de faire des cures de vigne, pour aider le corps à dissoudre ces mémoires cristallisées.

Non seulement ces deux amis passionnés découvrirent ces vertus des bourgeons sur le corps et le psychisme. Leur enthousiasme gagna des médecins tout aussi passionnés qui participèrent à affiner les connaissances de cette thérapeutique moderne, comme le docteur Max Tétau. Ensemble, ils poussèrent leurs démarches jusqu’à trouver des qualités réparatrices de ces macérats sur le psychisme et sur nos fonctionnements.

Ils s’attardèrent par exemple sur le tilleul. Les bourgeons de tilleul semblaient avoir comme une qualité protectrice. Pour les personnes fragilisées, anxieuses, il apportait des qualités protectrices. De même, dans les schémas mis à mal par des années de stress, le tilleul vient apporter son aide. C’est un protecteur et par cette fonction il est un grand réparateur. Il semble dire : « Tu as du mal à dormir. Mmmm. Je sens ta peur. Je sens ton stress. Je sens tes vieilles blessures. Tu peux ressentir en toi mes bourgeons. Ils viennent te réparer. Ce sont des bourgeons d’aide. De protection. Tu peux te laisser aller, t’abandonner dans la confiance. Ce soir, tu peux dormir. Ce soir à nouveau, je veille sur toi. Dors mon enfant. Tu es un enfant de la vie. Dors, je veille sur toi et sur tes rêves. ».

Il agit sur les schémas posés par nos blessures, nos traumatismes. Que ce soit sur les anxiétés, les troubles du comportement, les insomnies, la spasmophilie… il aide, il protège, il répare. Le corps trouve avec son aide les chemins de la guérison. Parfois légèrement hypnotique, il participe à ces processus de réparation.

A l’inverse, le figuier ne semble pas avoir ce rôle protecteur. Il est un bourgeon de la confiance et du détachement. Quand nos soucis, nos inquiétudes semblent nous déborder, quand l’anxiété germe depuis nos peurs, le figuier apporte ses qualités. Il semble dire « Je vois tes peurs. Je vois tous tes soucis, tes inquiétudes, tes peurs et tes colères. Je vois cela car je suis un arbre profondément lié à la terre. Cette terre maternelle. Chaque cellule de ton corps vient de cette terre. Tu es de la poussière d’étoile. Tu es rempli de cette lumière d’étoile. Chaque cellule de ton corps vient de la terre. C’est ta grande mère. Quelle que soit ta relation à tes parents, cette grande mère est toujours là. A travers moi, elle vient te dire Confiance. Tu es aimé. Tu es soutenu(e), accompagné(e). Vas-y, tu as tant de belles choses à accomplir… »


Le macérat de bourgeons de figuier aide donc à avoir une sorte de détachement quand les émotions viennent nous surprendre et nous submerger. Il permet de regarder la situation différemment. D’éviter l’emportement dans les peurs ou les colères. Il permet de voir que nous ne sommes pas la peur ou la colère, que ce ne sont que des émotions. Voyant cela, elles ont moins de force en nous, et nous trouvons des moyens de les limiter et d’être plus heureux.

Figuier et Tilleul agissent non seulement sur nos peurs, mais aussi toutes les perturbations qui y sont liées : troubles digestifs, angoisses, culpabilité, difficultés relationnelles, etc.

Ce sont des bourgeons compagnons. Ils vont nous permettre de vivre pleinement le message de l’arbre, d’aller vers plus de paix et plus de joies. Ces arbres, comme d’autres arbres, par leur aide si mystérieuse et pourtant si présente, peuvent nous aider dans nos chemins de vie.

Stéphane Boistard, novembre 2016.


3,154 vues