• Stéphane

L'Esprit des Arbres: chêne et aulne



Nous étions en travail sur une approche sensible des arbres directement ou à travers les macérats.

Chaque participant ingurgita une goutte de préparation de chêne et ferma les yeux. J’évoquais le côté yang, la force du chêne, entre enracinement et ouverture. J’évoquais sa puissance active. Dès la prise de macérat, une participante, Florence, manifesta de grosses plaques rouges au niveau du cou et son visage s’empourpra. Alors que j’évoquais à travers le chêne le côté guerrier, elle gigotait sur son siège, manifestant clairement de l’impatience. A tel point que dès l’exercice fini, elle sortit de la salle d’un pas tonique. Elle me raconta plus tard que depuis le début de la session, de nouvelles perceptions se présentaient à elle. Des visions, des éléments qui apparaissaient en elle de façon puissante. Avec la seule goutte de chêne, elle avait de suite senti une force guerrière l’envahir, comme une puissante colère. Alors qu’elle trépignait sur son siège, elle avait envie de hurler cette force, de l’extérioriser. Puis elle eut une vision d’elle avec une hache et une forte rage qui la traversait.

Nous prîmes le temps de calmer tout cela et vint le moment de la ballade.

Nous sommes allés vers l’aulne glutineux, en bord de rivière. Je présentais les qualités de l’aulne. Son esprit lié à l’eau et aux esprits de l’eau. Alors que le petit groupe de participants était devant moi à écouter, Florence s’éloigna et enlaça un aulne.

Elle me raconta ensuite que cela ne lui arrivait jamais. Ou du moins que cela ne lui était jamais arrivé. En tous cas, pas à ce point. Car là, elle avait senti un appel si fort des aulnes qu’elle n’avait pas pu résister. Elle était allée enlacer l’arbre qui l’avait appelée. Bien que réticente et intriguée par sa propre attitude, elle ne put résister. Au moment où elle touche l’arbre, elle senti qu’en fait, l’arbre la touchait. Puis elle enlaça l’arbre, et elle se senti dans son tronc. Sous son écorce. Dans un état de plénitude. Elle se vit couronnée de fleurs lumineuses et éprouva une sensation de bien-être assez exceptionnel. Et cette fusion avec l’arbre qui la mettait pour un temps hors d’atteinte. Elle était dans un autre monde, le groupe paraissant au loin, voire inexistant. Elle était en voyage avec l’esprit de l’arbre. L’aulne glutineux, dont la qualité est de nous connecter aux fées et esprits féminins de l’eau.

Lorsque nous travaillons avec l’esprit des arbres, nous ne savons pas quand, ni comment cela va nous saisir. Nous surprendre. Nous emporter. Que ce soit en changeant notre taux vibratoire, en agissant sur notre corps physique, en nous transportant en rêve nocturne ou en voyage diurne… Il y a un monde qui s’ouvre à nous. En apparence la plupart des humains ne vivent pas cela. Cela est peut être dû à la déconnexion avec la nature. En y revenant, et en acceptant de travailler avec les esprits de la nature, nous rencontrons d’autres parts de nous-même. Des parts connectées. Nous élargissons les frontières du monde connu, habituel, pour ouvrir l’horizon au mystère et à un monde lumineux et multicolore.

Epilogue: Lors de cette session, Florence souffrait d'un mal de dents. Elle pensa aller chez le dentiste à son retour chez elle, afin de soigner cette douleur. Or un résineux lui indiqua que la douleur passerait au bout de 5 jours, c'est à dire à peu près lors de son retour à la maison. Voici ce qu'elle m'en écrivit en guise de témoignage: "Nous sommes bien rentrés (d'une seule traîte finalement car ma dent me faisait vraiment trop mal, je frissonnais et était fiévreuse ).Par contre le lendemain comme promis par le grand "cyprès " plus de mal et plus de température.Cette session de 5 jours a été en effet assez bouleversante..."


  • Facebook