top of page

Papillons


Je me promenais au milieu des arbres, alternant des zones ouvertes et des zones resserrées. Dans les zones ouvertes, le soleil régnait, et l’air était empli du vol des papillons.


Je me souvins d’une guidance qui disait « De la chenille au papillon, le temps est long… Étudie les papillons ; il y a beaucoup de lois dissimulées dans leur vie. Que ton intuition cherche et établisse un rapport entre les métamorphoses qui se produisent chez les insectes et celles que vous êtes amenés à subir. »


Alors j’observais les papillons et le vol des papillons. Ils volaient dans la lumière. Comme des émanations de la lumière. Au fur et à mesure que j’observais attentivement, il se passa quelque chose d’inattendu en moi. Oriandre et les guidances que je recevais invitaient à accueillir le surnaturel. Accueillir ce qui dépasse le naturel, l’habituel. Que nos regards emplis de lois physiques et matérialistes s’emplissent d’autres repères, d’autres lois, et le regard change.


Nous pouvons passer d’une affirmation « cela est un papillon » à « c’est comme si c’était de la lumière en mouvement, la lumière qui a des ailes », à « ce sont des âmes qui volent autour de moi, emplies de pure lumière ».

C’est ce qui se passa. Une voix intérieure sembla m’indiquer le chemin, et d’un « c’est comme si », je basculais sans m’en rendre compte dans une autre perception du monde. Les papillons, âmes ailées, légères et virevoltantes, m’ont entrainé dans une autre perception. Pas une perception mentale, une projection illusoire, mais au contraire j’avais l’impression d’enlever un voile d’illusion. La perception était claire. Elle aussi emplie de lumière. La nature qui semblait auparavant le décor d’un simple vol de papillons devint un spectacle féerique. Une féerie que je voyais, et qui faisait en écho intérieur un mouvement de joie particulier. Un émerveillement.


Je sentais le mouvement de la vie, et j’étais comme un invité dans ce mouvement féerique et lumineux.

Nous avons tous la capacité d’ouvrir les portes du ciel. D’accueillir le surnaturel. Il se peut que cela commence par un regard, par une pensée qui est comme une hypothèse à vérifier, une possibilité jusqu’alors non explorée. Et sans effort, se laisser guider, par les intuitions, par les guidances intérieures et extérieures.

Contempler la nature amène jusqu’à une porte. Et chacun est libre d’ouvrir cette porte ou pas. Il ne s’agit pas d’une fenêtre. Car il ne s’agit pas de simplement regarder ou admirer. C’est une réelle porte. En l’ouvrant, cela nous ouvre à un nouveau monde. A la fois intérieur et extérieur. Nous invitons le ciel en nous. Nous devenons sur l’instant des créateurs, des artistes, car nous participons à cette vie qui dévoile ses aspects extraordinaires. Nous sortons de notre monde ordinaire. Et notre âme, emplie de joie, rayonne de mille feux.

Oui, notre âme rayonne et retrouve son véritable royaume. Dans ces moments là, le ciel est ouvert et la terre aussi, et nous marchons dans une forme du paradis.


Comme un rire enfantin émanant de nulle part, nous pouvons entendre le Petit Prince heureux avec nous, et répéter avec joie « on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux… »

Comments


bottom of page