top of page

Le Grand Rassemblement




Des quatre coins de l’univers, les conques géantes sonnent. Elles emplissent l’espace invisible et silencieux de leur son sans son, de leur son sans nom.

Les anges dressés, fiers et élancés, se dressent et écoutent le divin son.

Les gardiens sonnent le temps du grand rassemblement.


Qui sur terre saura entendre ce chant du fond de l’univers ? Qui saura se mettre en marche, écoutant ses signaux intérieurs, pour retrouver des frères et des sœurs, pour voir au-delà de la matière, de la couleur des yeux ou des manières de faire, les êtres dont la couleur intérieure se ressemble, des êtres dont la couleur intérieure se rejoint et s’assemble ?

Chaque pas est un fardeau qui se dépose. Chaque pas est un intérieur qui s’offre, qui s’expose, et finalement déploie ses ailes de lumière.


Chacun son rythme, chacun des fardeaux aux poids différents, chacun une couleur pour ses ailes de lumière.


La grande tribu se rassemble. Certains se rassemblent dans les forêts, au bord des eaux ou des rivières, sur les pentes des montagnes élevées ou des collines ondulantes, sur les plateaux sans sommeil ou les grottes sans soleil. Les êtres se rassemblent. Par couleur intérieure. Par vibration qui se révèle. Par présence qui se réveille. Unis à l’eau, au feu, au ciel, au vent, à la lumière ou à la terre, unis aux esprits qui vivent dans les autres mondes aux fleurs colorées, la grande tribu se rassemble.


C’est le moment du rassemblement.

Les Gardiens des quatre coins des univers sonnent les conques stellaires. Les conques au son si pur que chaque être qui y est sensible se réveille.


Sortant du songe de la séparation, la grande tribu se rassemble. Les Anciens guident les plus jeunes, les âmes sûres guident les âmes hésitantes, et la grande tribu se lève.


L’arc en ciel devient couleur de terre. Les tribus se rassemblent par couleur, par teinte colorée, et même argentée, cuivrée et dorée. L’arc en ciel devient cercle en terre. Un grand cercle à l’aube du grand réveil. Un grand cercle, dont l’équateur traverse les cœurs et les pôles sont en des horizons lointains.

Profond aussi profond que chaque regard peut porter.

Vibrant aussi vibrant que chaque être peut vibrer.


Les Anciens se sont levés.

Le temps s’est rassemblé.

Les conques ont lancé le grand appel et la grande tribu, les peuple des étoiles, dans un mouvement commun, se lève et se rassemble. Sur toutes les terres, sur toutes les mers, sur tous les univers et toutes les galaxies.

Un grand mouvement est lancé, les conques ont sonné.

C’est le grand rappel.

Rappel à ce que nous sommes.

Quelques sourds ou malentendant croiront en une musique céleste passant comme une étoile filante dans un ciel d’été. Sourds ou malentendants, ils deviennent debout tout en dormant.


Les conques sonnent. Que ceux qui entendent se lèvent et suivent le grand appel. Dans chaque cœur réside une boussole. Dans chaque recoin, les anges veillent.


Comme un seul cœur, un seul amour, un seul battement, un seul tambour, la grande réunion se révèle, le grand rassemblement se dévoile. Et dans le ciel polaire, voilant le ciel de couleurs dansantes, la conque a révélé une aurore boréale, voile dansant de lumière drapée.



Opmerkingen


bottom of page